Espace client en

Huit recommandations pour favoriser la création de richesse dans le secteur des technologies et de l’innovation québécois

Huit recommandations pour favoriser la création de richesse dans le secteur des technologies et de l’innovation québécois

Montréal (Québec), le 18 mai 2021 – Huit recommandations pour favoriser la création de richesse dans le secteur des technologies et de l’innovation québécois

Le regroupement de l’écosystème des technologies et de l’innovation au Québec, dont fait partie l’AQT, s’est réuni afin de formuler des recommandations dans le cadre de la consultation publique sur la stratégie québécoise de la recherche et de l’innovation (SQRI), demandée par le ministère de l’Économie et de l’Innovation.

D’un commun d’accord, les huit représentants de l’écosystème jugent le manque de main-d’œuvre qualifiée comme étant un enjeu majeur pour le futur du secteur technologique québécois. Le maillage de l’écosystème, la réglementation entourant les appels d’offres gouvernementaux ainsi que la protection de la propriété intellectuelle ont également été désignés comme étant des pistes d’amélioration importantes.

Recommandations :

  • Accès aux talents
    • Hausser le nombre de travailleurs admissibles à l’immigration et simplifier les démarches administratives, tant pour les demandeurs que pour les employeurs.
    • Augmenter la capacité du Programme pilote d’immigration permanente des travailleurs de l’IA, des TI et des effets visuels et l’élargir pour que d’autres secteurs des technologies et de l’innovation puissent en bénéficier.
    • Faciliter les partenariats entre les institutions d’enseignement supérieur et les entreprises afin d’augmenter et d’accélérer la mise à niveau des compétences des étudiants en les exposant à une formation pratique.
    • Rendre obligatoire l’enseignement coopératif (programme COOP) dans les Cégeps et les universités pour la formation reliée au génie et aux technologies.
  • Maillage de l’écosystème
    • Favoriser l’acquisition de solutions technologiques locales par les secteurs stratégiques du Québec. Par exemple, le gouvernement pourrait accorder un soutien financier aux grandes entreprises qui achètent des solutions innovantes à des PME basées au Québec.
  • Acquisitions gouvernementales
    • Revoir la Loi sur les contrats des organismes publics afin que le plus bas prix conforme ne soit plus le critère principal d’évaluation dans l’octroi des contrats publics et s’assurer que le choix des soumissionnaires mise d’abord et avant tout sur la haute valeur ajoutée en matière de produits et services.
  • Propriété intellectuelle (PI)
    • Augmenter l’aide financière reliée à la PI au sein du Programme d’Innovation du MEI pour mieux accompagner les centres de recherche, les incubateurs et accélérateurs et les entreprises dans la protection et la monétisation de leurs propriétés intellectuelles.
  • Enfin, dans un souci de transparence et d’efficacité, les représentants recommandent de :
    • Baser les objectifs de la SQRI sur des cibles quantitatives transparentes en indiquant clairement le résultat à atteindre, comment ce résultat sera calculé et à quel moment ce calcul devrait être réalisé, afin de permettre aux chercheurs, au milieu économique et à l’ensemble de la population d’en mesurer l’atteinte ou non.

« L’AQT et ses partenaires estiment que ces huit recommandations permettront de maintenir et d’améliorer les compétences québécoises en matière de technologie et d’innovation. De plus, l’AQT tient à souligner la fierté qu’elle a eu à travailler en coopération avec les différents représentants de l’industrie, la justesse de l’analyse produite témoigne de l’implication de chacun lors des rencontres de cette dernière année. »

Le regroupement de l’écosystème des technologies et de l’innovation au Québec est formé par l’ADRIQ, l’AQT, Centech, CRIM, CCI, FCCQ, Main Québec et Numana.

Pour accéder au mémoire, cliquez ici.

– 30 –

À propos de l’AQT

L’Association québécoise des technologies (AQT), l’incontournable réseau d’affaires des entreprises technos, procure aux dirigeantes et dirigeants un environnement stimulant et de classe mondiale propice à la croissance de leur entreprise et de l’industrie. Forte de ses 500 membres, elle les rassemble, leur permettant ainsi d’accroître la performance de leur organisation. Organisme à but non lucratif autofinancé, l’AQT représente l’ensemble de l’industrie auprès d’instances décisionnelles. L’AQT figure parmi le Top 10 des associations technos en Amérique du Nord.

 

Pour information, veuillez communiquer avec :

AQT
Carl André Lalancette
Adjoint exécutif et communications corporatives
Association québécoise des technologies (AQT)
Téléphone : (514) 874-2667, poste 144
Courriel : calalancette@aqt.ca