Espace client en

L’AQT partage ses recommandations sur le projet de loi 14 favorisant la transformation numérique de l’administration publique

L’AQT partage ses recommandations sur le projet de loi 14 favorisant la transformation numérique de l’administration publique

Montréal, le 14 mai 2019 — L’Association québécoise des technologies (AQT) a présenté ce matin les recommandations de son mémoire à la commission parlementaire sur le Projet de loi 14, soit la Loi favorisant la transformation numérique de l’administration publique. Si adoptée, cette loi facilitera la mise en place de projets en ressources informationnelles désignés d’intérêt gouvernemental par le Conseil du trésor.

« Dans l’optique où le Gouvernement du Québec vise une transformation numérique pour améliorer son efficacité et ses prestations de services aux citoyens, le fait de permettre le partage des données entre ministères et organismes devient un élément central à cette transformation », souligne Nicole Martel, Présidente-directrice générale de l’AQT. L’AQT est ainsi favorable à l’adoption de ce projet de loi, dans la mesure où il permettra d’accélérer la transformation numérique de l’État. »

La réflexion de l’AQT autour du Projet de loi 14 a néanmoins mis en lumière quelques questionnements et enjeux. Voilà en effet plusieurs années que l’AQT participe à la réflexion ministérielle entourant la transformation numérique de l’administration publique et c’est en continuité avec cette démarche qu’elle a présenté ses réflexions ce matin en commission parlementaire. En voici quelques-unes :

  • Le gouvernement possède beaucoup de données et d’informations pouvant permettre des avancées significatives au niveau des services aux citoyens, de la recherche et du développement économique des entreprises et citoyens québécois. Les PME représentées par l’AQT peuvent très certainement contribuer à la valorisation des données gouvernementales, de façon à offrir de meilleurs services aux citoyens ou à l’appareil administratif publique.
  • Dans un souci de protéger l’ADN du patrimoine informationnel du Québec, le gouvernement doit renforcer ses mesures de protection des données de façon à s’assurer d’avoir le niveau de confiance adéquat avec les individus internes ou externes au gouvernement, les chercheurs et étudiants, ainsi que les entreprises, ce en mettant en place les dispositifs de contrôle adéquats.
  • À l’instar d’autres gouvernements, les données devront être classifiées et les tiers de confiance devront obtenir une accréditation suffisante de façon à pouvoir y accéder.

 

Télécharger le mémoire

Nous croyons enfin que cette réflexion doit se faire avec toutes les parties prenantes pouvant contribuer. Comme les entreprises privées qui offrent des solutions et services technologiques sont des partenaires clés et qu’elles seront appelées à participer aux projets qui découlent de la stratégie numérique, l’AQT estime en effet important de participer à ce processus.


À propos de l’AQT
L’Association québécoise des technologies (AQT), l’incontournable réseau d’affaires technos, procure aux dirigeantes et dirigeants un environnement stimulant et de classe mondiale propice à la croissance de leur entreprise et de l’industrie. Forte de ses 500 membres, elle les rassemble leur permettant ainsi d’accroître la performance de leur organisation. Organisme à but non lucratif autofinancé, l’AQT représente l’ensemble de l’industrie auprès d’instances décisionnelles. L’AQT figure parmi le Top 10 des associations technos en Amérique du Nord.