L’AQT était à Washington DC

En tant que membre du TECNA (Technolgy Councils of North America) l’AQT a pris part, avec ses homologues canadiens et américains, à l’activité annuelle du DC Fly-In organisé par CompTIA. Objectif : Identifier les enjeux qui guettent les entreprises faisant des affaires aux États-Unis et en apprendre davantage sur l’impact des nouvelles technologies pour les gouvernements américains. Au total, plus de 200 entreprises de l’industrie ont pris part à ces échanges et tout autant du côté des Gouvernements américains.

Parmi les grands enjeux évoqués, le talent figure en tête de liste, CompTIA annonce qu’il y a actuellement 626,000 postes ouverts et elle prévoit qu’il y aura 1.2 millions de postes à combler d’ici 2024. La demande croissante des secteurs non techno pour ces talents accentuent la pression. En 2017, les entreprises américaines en TIC emploient 7 millions de travailleurs et les secteurs non technos emploient 7.3 millions de professionnels techno, ces proportions sont respectivement 1,4 millions et 1.3 millions au Canada.

Les autres sujets chauds portaient sur la cybersécurité, le 5 G, mais surtout le défi d’accessibilité à tous les citoyens, notamment ceux en milieu rural. Le Gouvernement compte déjà quelques projets pilote exploitant les technologies du Blockchain et les visées sont notamment de permettre aux divers paliers de gouvernements de gérer les transactions et communications de façon sécuritaire avec les citoyens.

Sur le sujet de l’ALENA, lors des consultations menées par l’AQT au printemps dernier, nos membres avaient clairement exprimé leurs craintes quant l’accès aux Visas temporaires de travail, sachez que ces craintes sont partagées par les entreprises américaines qui peinent déjà à trouver des talents, restreindre l’accès à des travailleurs temporaires canadiens seraient extrêmement dommageables pour ces dernières et sont par conséquent de très bons alliés pour les entreprises canadiennes.

Les prochaines rondes de négociation se tiendront à Mexico, et pour l’industrie des technologies, les principaux enjeux qui y seront débattus, porteront sur l’encadrement de la propriété intellectuelle, le lien de responsabilité des détenteurs de plate-forme et bien entendu l’accès aux Visas de travail.

Parmi les pistes de solutions défendues par l’industrie :
En tête de liste rendre accessible des programmes d’études-stages en TIC dans l’ensemble du pays afin que les compétences des nouveaux travailleurs soient directement mises en pratique en milieu de travail. De plus, tout comme nous le poussons au Québec, l’importance de supporter le perfectionnement en continu qui est un impondérable pour notre secteur, et tous s’entendent sur le fait que le poids du financement de ces programmes ne peut reposer exclusivement sur les épaules de l’industrie.

Cette activité du CompTIA en était à sa 8e édition et ce sera certainement partie remise pour l’AQT et nos homologues canadiens, ayant eu l’opportunité de démontrer, au nom de nos membres respectifs, l’intérêt que nous avons à poursuivre nos échanges commerciaux.