Mémoire : Consultations particulières et auditions publiques au sujet d’outils technologiques de notification des contacts

Mémoire : Consultations particulières et auditions publiques au sujet d’outils technologiques de notification des contacts

Consultations particulières et auditions publiques au sujet d’outils technologiques de notification des contacts ainsi que sur la pertinence de ce type d’outils, leur utilité et le cas échéant, les conditions de leur acceptabilité sociale dans le cadre de la lutte contre la COVID-19

Au nom des membres de l’Association québécoise des technologies (AQT), nous remercions la Commission des institutions de nous avoir invités à participer à la nécessaire réflexion collective entourant l’utilisation possible d’une application mobile de notification des contacts dans le cadre de la lutte contre la COVID-19.

Comparativement aux époques antérieures, l’ère dans laquelle nous vivons, c’est-à-dire une ère technologique, a sans contredit ses avantages. En effet, à l’AQT, nous sommes d’avis que les technologies représentent un outil de plus dans l’arsenal des moyens à notre disposition pour combattre bien des fléaux, dont la propagation de la COVID-19. Notre société ne devrait pas s’en priver, pourvu que ces technologies soient utilisées de façon éclairée.

De la même façon, nous sommes convaincus que l’innovation peut très bien cohabiter avec la protection de la vie privée et que l’une ne doit pas se faire au détriment de l’autre. Au contraire, les technologies peuvent et doivent intégrer le concept de « vie privée dès la conception ». Concrètement, nous devons veiller à ce que les technologies s’arriment aux exigences légitimes de nos sociétés et ainsi nous assurer qu’elles atteignent, dans les faits, les bénéfices escomptés.

Concernant les exigences légitimes de nos sociétés, le gouvernement du Québec se devra de réunir les conditions nécessaires à l’acceptation et à l’adoption d’un tel outil. En ce sens, les paramètres technologiques devront correspondre aux plus hauts standards de protection de vie privée et de sécurité de l’information. Le gouvernement devra aussi veiller à ce que les conditions dans lesquelles l’application sera utilisée soient respectées et n’outrepassent pas les conditions d’utilisation qui auront été préalablement communiquées aux usagers lors de son téléchargement.

Télécharger le document