Budget Leitão 2018-2019 : les faits saillants pour le secteur techno retenus par l’AQT

Présente à la présentation du budget ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão, l’Association québécoise des technologies (AQT) estime que le budget du gouvernement du Québec déposé aujourd’hui témoigne de l’importance de l’accès au talent, de la poursuite du virage numérique et du développement économique. Ces enjeux teintent le plan présenté pour la prochaine année.

Les faits saillants présentés ci-dessous auront nécessairement un impact sur la croissance des PME technos. « L’AQT poursuivra son travail de représentation auprès des instances gouvernementales afin de défendre les intérêts de ses membres et de favoriser un climat économique sain, propice à leur développement et à leur croissance », a indiqué Nicole Martel, Présidente-directrice générale de l’Association québécoise des technologies.

Faits saillants retenus par l’AQT

Intelligence artificielle

Le gouvernement réitère son intention de positionner le Québec comme chef de file en ce domaine. Il annonce la création d’une Organisation mondiale de l’intelligence artificielle dont le siège social sera à Montréal. En plus des 100 millions de dollars déjà annoncé en 2017, il ajoutera 60 millions supplémentaires d’ici 2019-2020 afin de soutenir les réseaux de chaînes d’approvisionnement utilisant l’intelligence artificielle au sein de la supergrappe SCALE.AI basée à Montréal.

Les recommandations de l’AQT à cet égard sont de s’assurer que les PME technos pourront intégrer ces nouvelles technologies à leurs solutions existantes. Les plans d’action seront déposés sous peu et l’AQT veillera à ce que les besoins de ses membres soient considérés.

Miser sur l’immigration et le perfectionnement de la main-d’œuvre

Pour affronter les défis liés à la pénurie de main-d’œuvre, le gouvernement fait écho aux recommandations du Conseil consultatif sur l’économie et l’innovation (CCEI) et annonce des investissements de 810 millions de dollars pour répondre aux défis du marché du travail.

Face à la pénurie de main-d’œuvre et dans un domaine hautement compétitif et en évolution constante comme celui des technologies, les PME doivent s’assurer du maintien des qualifications des équipes de travail afin de demeurer concurrentielles. Les entreprises ont besoin de perfectionnement taillé sur mesure et répondant à leur réalité, notamment pour l’intégration de l’intelligence artificielle dans leurs solutions. L’AQT réitère l’importance de miser sur la formation et souhaite que le gouvernement tienne compte de ces nouveaux besoins dans l’élaboration des plans d’action à être déposés. Des sommes additionnelles, dont un crédit fiscal, ont été annoncées. Le gouvernement reconnait également les défis de l’intégration des personnes issues de l’immigration et annonce des sommes pour y faire face. L’AQT veillera à ce qu’elles soient utilisées de façon optimale.

L’accès aux marchés publics

En matière de marchés publics, la mise en œuvre des orientations technologiques annoncée en 2015 est toujours attendue. Rappelons que le gouvernement dévoilait alors ses orientations afin d’optimiser l’utilisation des TI au sein de l’État et de favoriser davantage l’intégration des PME dans les processus d’appels d’offres.

D’ailleurs, le rapport du Conseil consultatif sur l’économie et l’innovation (CCEI) réitérait récemment le rôle d’acheteur stratégique que devrait jouer le gouvernement auprès des PME.

Dans le présent budget, le gouvernement confirme qu’il consacrera 72 millions de dollars pour la transformation numérique des organisations publiques et qu’il évaluera le potentiel de la mise en place d’un modèle d’approvisionnement stratégique inspiré du modèle américain de la Small Business Innovation Research (SBIR), un modèle recommandé par l’AQT.

Crédit pour le développement des affaires électroniques (CDAE) et le crédit RS&DE

Alors que l’AQT demandait un élargissement des critères d’admissibilité pour soutenir les nouvelles technologies telles que les logiciels embarqués pour le CDAE ainsi que l’ajout de deux ressources consacrées à la commercialisation, elle constate que le gouvernement n’apporte aucune bonification à ces deux mesures fiscales. Rappelons que l’ajout du seuil d’admissibilité de 50 000 $ non remboursable en 2015 pénalise les petites entreprises. Il existe un réel enjeu de financement, cette coupure a donc un impact direct sur la capacité des entreprises de se financer. L’AQT est d’avis que ce seuil d’admissibilité aurait pu être un seuil minimum sans être retranché de la réclamation.

Modernisation du système de justice

Le gouvernement annonce 500 millions de dollars pour moderniser le système de justice, dont 289 millions de dollars consacrés aux nouvelles technologies.

L’AQT salue ce plan qui est favorable à une participation active des entreprises du secteur innovant de la legaltech. D’ailleurs, plusieurs membres de l’AQT se déploient au Québec et à l’international avec des solutions dédiées à ce secteur et sauront certainement contribuer à ce plan qui vise à faciliter l’accès à la justice.

L’AQT souligne également que le gouvernement entend utiliser de nouvelles pratiques d’affaires en matière d’acquisition, dont le dialogue compétitif, une mesure maintes fois recommandée par l’AQT.

Pour tous les détails du Budget 2018-2019 du Québec, veuillez consulter le site web du Ministère des Finances.