L’Association québécoise des technologies se prononce sur les accords commerciaux et l’accès aux marchés publics des pays partenaires

Québec (Québec), le 11 avril 2018 – L’Association québécoise des technologies (AQT) était appelée hier à participer aux Consultations particulières et aux auditions publiques sur le projet de loi n˚ 171. Cette commission, présidée par Monsieur Robert Poëti, Ministre délégué à l’Intégrité des marchés publics et aux Ressources informationnelles, travaille à la mise en œuvre des différents accords, tels que l’Accord de libre-échange canadien et l’Accord avec l’Union européenne, quant à la conformité des mesures relatives aux contrats des organismes publics.

Devant les députés membres de la Commission des finances publiques, Nicole Martel, Présidente-directrice générale de l’AQT a témoigné de l’importance de ce secteur pour l’économie de la province ainsi que de son dynamisme en matière d’exportation. En effet, 78% des PME technos vendent leurs solutions et services hors Québec alors que cette proportion est de seulement 11% pour les PME de tous les secteurs confondus. « Nous voyons un potentiel d’opportunité important à travers les accords d’échanges commerciaux, nos membres doivent en tirer profit », a-t-elle commenté. « C’est pourquoi, nous voulons nous assurer que, dans ses négociations de différents accords commerciaux, le gouvernement met en place des mesures qui permettront aux PME technos québécoises de faciliter leur accès aux marchés publics et ainsi de maximiser leur croissance », a-t-elle ajouté.

La principale recommandation émise par l’AQT vise à s’éloigner du concept du plus bas soumissionnaire pour privilégier le concept des évaluations de soumissions qui valorisent le facteur de qualité. Les membres de la Commission ont d’ailleurs exprimé leur intérêt à mieux définir de tels paramètres. Parmi les autres recommandations : communiquer aux entreprises les opportunités d’affaires chez les économies partenaires en utilisant le canal des associations sectorielles; établir et rendre publique des grilles de comparables pour les situations de qualification de ressources; approuver les équivalences face à une norme ou un standard avant le lancement d’un appel d’offres et, enfin, mettre en œuvre des bancs d’essai afin de valider les fonctionnalités d’une solution avant les déploiements.

Pour en savoir davantage sur Consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi n° 171, visionner l’audience et consulter le Mémoire de l’AQT.

 

À propos de l’Association québécoise des technologies (AQT)
L’Association québécoise des technologies (AQT) contribue, à l’échelle du Québec, au rayonnement des entreprises des TIC et à la croissance de ce secteur de l’économie. Forte de ses 500 membres, elle rassemble et accompagne les dirigeantes et dirigeants d’entreprises technologiques en les appuyant dans le développement de leurs compétences et dans la performance de leur entreprise tout en favorisant l’évolution des pratiques commerciales. Organisme à but non lucratif autofinancé, l’AQT représente l’ensemble de l’industrie auprès d’instances décisionnelles et constitue aujourd’hui le plus grand réseau d’affaires des TIC au Québec. Pour en savoir plus : www.aqt.ca

– 30 –

Renseignements : Viviane Couto — Gestionnaire de projets et communications, AQT 514 874-2667 x 114 – vcouto@aqt.ca