L’AQT dépose ses recommandations dans le cadre des consultations prébudgétaires 2017-2018

captureMontréal (Québec), le 24 janvier 2017 – L’Association québécoise des technologies (AQT) rend disponible l’ensemble de ses recommandations déposées dans le cadre des consultations prébudgétaires 2017-2018. Depuis quelques années, l’AQT travaille à faire évoluer positivement les conditions qui influencent le développement des entreprises en TIC du Québec. Cette évolution est cruciale pour que notre industrie demeure compétitive, une réalité qu’impose une économie globalisée. Ainsi, pour une entreprise québécoise, il importe de demeurer innovante, de concurrencer les meilleures dans de nouveaux marchés puis d’acquérir et maintenir les connaissances et les savoir-faire nécessaires à leur pérennité. Le mémoire déposé présente des pistes d’actions concrètes qui sauront stimuler notre industrie et contribuer activement à mettre en œuvre la stratégie numérique québécoise tout en positionnant la province comme un haut lieu en intelligence artificielle (IA).

Aperçu de nos recommandations
Le gouvernement du Québec se doit de réduire les obstacles à la commercialisation des entreprises en TIC à l’aide de trois programmes : un programme d’admissibilité à deux ressources en commercialisation par PME, à l’aide d’une extension du crédit d’impôt pour le développement des affaires électroniques, un programme de stages pour finissants et finissantes en marketing ou en commerce international et, finalement, un programme de prêts à redevances, afin de permettre aux entreprises qualifiées d’accéder à un capital dédié à la commercialisation internationale.
Aussi, afin de soutenir les ambitions de la stratégie numérique annoncée par la ministre Dominique Anglade, l’AQT suggère la mise en place d’un répertoire de solutions destinées au secteur manufacturier. De plus, l’État québécois pourrait favoriser la compétitivité des entreprises d’ici en optimisant le processus de réclamations de crédits d’impôt, principalement en RS & DE. Rappelons que certaines de ces réclamations, en raison de resserrements des critères, connaissent une baisse de leur utilisation. À cet effet, l’AQT martèle qu’il faut rétablir le remboursement de la première tranche de 50 000 $, qui constitue aussi le seuil minimum d’admissibilité depuis la mise à jour économique de décembre 2014. Il faut également agir sur les délais de paiement des crédits, c’est pourquoi l’AQT demande la mise en place d’un système de remboursements anticipés. De plus, l’AQT soulève l’importance de conserver la propriété québécoise des entreprises innovantes. Conséquemment, le gouvernement du Québec pourrait soutenir la création d’un programme destiné à épauler le rachat d’entreprises par sa direction, ses employés ou les membres de leurs familles.

La société québécoise dans son ensemble profiterait ainsi d’une meilleure utilisation des innovations par l’appareil gouvernemental. Il est donc recommandé d’instaurer un fonds destiné à acquérir des solutions en TIC par l’administration publique afin de créer une vitrine autour des celles-ci et augmenter leur potentiel d’expansion vers d’autres marchés.
Les femmes, sous-représentées au sein du secteur des TIC, peuvent bénéficier d’une aide additionnelle comme le programme de mentorat « Femme en TI » de l’AQT. C’est pourquoi l’AQT demande à l’État québécois de soutenir la continuité de cette initiative qui a déjà fait ses preuves.
Finalement, l’AQT croit que le Québec a tous les atouts nécessaires pour devenir un pôle d’attraction mondial en intelligence artificielle (IA). En effet, chercheurs, étudiants et entreprises peuvent, avec un leadership fort, créer une industrie en IA reconnue mondialement. L’AQT encourage le Gouvernement à agir sans tarder.
« Notre mémoire prébudgétaire a le mérite de répondre aux priorités des entreprises par des propositions concrètes et réalistes qui touchent leurs préoccupations », affirme Mme Nicole Martel, présidente de l’Association québécoise des technologies. « Il propose aussi un grand projet en intelligence artificielle qui repose sur le capital de savoirs, provenant de nos institutions et de nos entreprises, qui porterait bien haut l’étendard de nos compétences ».

Nous vous invitons à consulter notre mémoire et à nous faire part de vos commentaires.

Télécharger la version intégrale de notre mémoire prébudgétaire 2017-2018 sur notre site

À propos
L’Association québécoise des technologies (AQT) contribue, à l’échelle du Québec, au rayonnement des entreprises des TIC et à la croissance de ce secteur de l’économie. Forte de ses 500 membres, elle rassemble et accompagne les dirigeantes et dirigeants d’entreprises technologiques en les appuyant dans le développement de leurs compétences et dans la performance de leur entreprise tout en favorisant l’évolution des pratiques commerciales. Organisme à but non lucratif autofinancé, l’AQT représente l’ensemble de l’industrie auprès d’instances décisionnelles et constitue aujourd’hui le plus grand réseau d’affaires des TIC au Québec. Pour en savoir plus : www.aqt.ca.

– 30 —

Renseignements :
Jean-Marc Simard — Directeur, communications et affaires publiques — AQT
514 874-2667 X 118 C. 514 248-5385 – jms@aqt.ca